Gastronomie engagée & responsable




Je mange donc je suis. Manger a cette vocation qui ramène à l’être et révèle une part de notre identité, de notre conscience, de notre culture ou encore de notre héritage et son devenir.




Je mange qui je suis… carnivore, omnivore, végétarien, végan, végétalien, flexitarien, pescetarien… Au-delà de notre système digestif, manger contextualise des systèmes alimentaires durables tout en préservant les écosystèmes.

La conscientisation de la nourriture autour des enjeux sur la qualité de l’aliment et de son environnement fait évoluer la Food Industry et s’invite à la table gastronomique de La Laiterie de Lambersart, pour réaliser dans la cadre de l’Année de la Gastronomie, un menu 100% végétal en livraison décarbonée.

Pour Edouard Chouteau, le Chef de cette institution du Nord, le végétal aura de plus en plus de place dans l’assiette. Réduire la consommation de produits trop gras, salés, sucrés, c’est aussi grâce à Instagram travailler la spiruline fraîche et locale d’un jeune entrepreneur récemment implanté à Villeneuve-d’Ascq.




Prendre davantage en compte l’impact environnemental de notre alimentation et de sa production, c’est l’engagement d’Arnaud Lespagnol, à la Ferme d’Arnaud, pour qui l’agriculture du vivant consiste à observer ce qui se passe autour de nous, s’inspirer de la nature et son équilibre. C’est la vie du sol qui (re)prend le dessus quand cet agriculteur passionné intègre la forêt dans ses parcelles.




Cuisiner de saison en privilégiant l’approvisionnement local, pour Olivier Herbomel, double champion du monde et olympique de sculpture sur fruits et légumes c’est aussi faire découvrir grâce son l’art, une autre façon de travailler les végétaux. Œuvres éphémères ou contenants alimentaires, ils participent à l’art du dressage et n’ont de limites que son imaginaire.


La connaissance du passé peut donner des clés pour répondre aux enjeux de demain. Transmettre, pour Benoît Flahault, Formateur au Lycée professionnel Sainte Marie à Bailleul, c’est aussi du sourire et du bonheur. Apprendre à travailler un produit de A à Z, limiter le gaspillage alimentaire, Léa, étudiante en est convaincue : la cuisine s’adapte.


Selon une étude réalisée par l’IFOP datée de sept 2021 :

21% des Français déclarent suivre un régime alimentaire spécifique (flexitarien, pescétarien, végétarien ou végétalien), et pour Léa, « il faut plaire à tout le monde ». D’autant que 78% des végans déclarent vouloir aller au restaurant en 2022 ! Et plus de la moitié d’entre eux sont motivés par la livraison de repas.


La Food Odyssée ne fait que commencer…


HippolEat

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout